06/25/2018

Dictionnaire des allergies

Termes usuels employés dans le cadre des allergies

  • Acarien : petit animal du groupe des arthropodes que l’on retrouve dans les poussières de maison.
  • Allergène : substance capable de déclencher une réaction allergique. Les acariens, les grains de pollen, le venin des guêpes et abeilles contiennent des allergènes.
  • Anticorps : substances secrétées par l’organisme en réponse à une molécule reconnue comme étrangère (l’antigène). Dans le cas de l’asthme, les anticorps produits sont des immunoglobulines E ou IgE.
  • Antigène : substance étrangère provoquant la formation d’anticorps.
  • Antihistaminique : médicament neutralisant les effets de l’histamine.
  • Asthme : obstruction des bronches liée à la contraction (spasme) des muscles qui les entourent.
  • Atopie : prédisposition héréditaire aux maladies allergiques. Il peut s’agir notamment d’une rhinite allergique, d’un asthme, d’un eczéma atopique ou d’une allergie alimentaire.
  • Basophile : catégorie de globule blanc circulant dans le sang, possédant des récepteurs pour les immunoglobulines E et contenant, comme les mastocytes, des granules riches en histamine.
  • Choc anaphylactique : accident allergique brutal, violent, susceptible d’entraîner la mort.
  • Conjonctivite : inflammation de la conjonctive de l’oeil.
  • Corticoïde : hormone produite par les glandes surrénales et exerçant un puissant effet anti-inflammatoire.
    Des corticoïdes de synthèse sont utilisés comme médicaments antiallergiques. La cortisone est un exemple de corticoïde.
  • Cromoglycate : médicament antiallergique destiné à la prévention des crises d’asthme.
  • Cytokine : protéine assurant les communications entre cellules. Celles intervenant dans les relations entre globules blancs sont les interleukines.
  • Dermatite : terme imprécis désignant une inflammation de la peau.
  • Désensibilisation spécifique : méthode de traitement des allergies consistant à injecter des doses croissantes d’allergènes, jusqu’à ce que le patient ne réagisse plus à leur encontre.
  • Eczéma : inflammation de la peau se traduisant par une rougeur, des démangeaisons (prurit) et une desquamation (lorsque la peau pèle)
  • Eosinophile : catégorie de globules blancs (plus précisément de polynucléaires) représentant normalement 1% à 3% du total. L’asthme et les maladies allergiques sont une cause d’éosinophilie (surproduction de polynucléaires éosinophiles).
  • Histamine : molécule de l’organisme libérée notamment par les mastocytes et les basophiles au cours des réactions allergiques (lorsque l’allergène interagit avec un anticorps fixé sur ces cellules).
  • Immunoglobuline : famille de protéines qui constituent les anticorps. Il en existe plusieurs classes. Celle des immunoglobulines E ou IgE est impliquée dans les allergies.
  • Immunologie : Etude des moyens par lesquels l’organisme se défend contre le agressions externes. Les vaccinations permettent d’accroître les défenses immunitaires. De plus en plus l’immunologie es considérée comme la science qui étudie le soi et le non soi, tout ce qui permet à l’organisme d’avoir une identité biologique.
  • Inflammation : réaction caractérisée par une augmentation de la température locale, une douleur et un afflux de globules blancs venus du sang.
  • Interleukine : protéine assurant la communication entre globules blancs ou leucocytes. les interleukines constituent donc une catégorie particulière de cytokines. Plusieurs d’entre elles sont impliquées dans les mécanismes inflammatoires ou allergiques. L’interleukine-4 joue un rôle particulièrement important pour favoriser la production d’immunoglobulines E, l’interleukine-5 favorise la réponse éosinophile.
  • Leucotriène : médiateur produit par les cellules polynucléaires et les macrophages lors de réactions d’hypersensibilité et qui a notamment la capacité de contracter fortement les bronches lors des crises d’asthme.
  • Lymphocyte : catégorie de globules blancs intervenant dans les réactions immunitaires. Les lymphocytes B (ou cellules B) produisent les anticorps. Les lymphocytes T (ou cellules T) comprennent diverses catégories de cellules : des cellules tueuses, des cellules auxiliaires (ou helper) produisent des cytokines orientant la réponse inflammatoire.
  • Macrophage : catégorie de globules blancs capables de phagocyter (absorber) les déchets et de préparer les antigènes pour les présenter aux lymphocytes afin d’assurer leur reconnaissance.
  • Mastocyte : cellule présente notamment dans le sang et qui contient des granulations riches en divers médiateurs chimiques, en particulier l’histamine. Au cours des phénomènes allergiques se produit une dégranulation des mastocytes, qui aboutit à la libération de leurs médiateurs.
  • Oedème : Accumulation d’eau dans un tissu. L’oedème de Quincke est un oedème géant au niveau du visage et du cou correspondant à une réaction allergique brutale (anaphylactique).
  • PAF : Platelet Activating Factor : le facteur d’activation des plaquettes (lesquelles sont de petites cellules circulant dans le sang). Ce médiateur est notamment produit lors des réactions inflammatoires et participe à de nombreux processus physiologiques et pathologiques.
  • Plastocyte : cellule produisant les anticorps. Il dérive du lymphocyte B.
  • Pneumallergène : allergène inhalé par voie respiratoire.
  • Polynucléaire : une des catégories de globules blancs. Il possède, comme son nom l’indique, plusieurs noyaux. Les éosinophiles sont des polynucléaires.
  • Prostaglandines : groupe de substances hormonales exerçant de nombreuses fonctions biologiques, notamment la stimulation des bronches (mais aussi les contractions utérines lors de l’accouchement).
  • Rast Test : abréviation de RadioAllergoSorbent Test. c’est un test de laboratoire permettant de détecter les immunoglobulines IgE caractéristiques de l’allergie.
  • Récepteur cellulaire : les médiateurs asurant la communication entre cellules agissent en se fixant sur des récepteurs situés à leur surface d’une façon spécifique (un peu comme une lettre va dans la boîte correspondant à l’adresse). La liaison entre le médiateur et le récepteur active un signal au niveau de la cellule, produisant ainsi une réaction déterminée. lors des réactions allergiques, la fixation des allergènes sur les anticorps correspondant à la surface des mastocytes et des basophiles entraîne leur dégranulation, c’est à dire le déversement des médiateurs qu’ils stockent.
  • Rhinite : inflammation de la muqueuse nasale qui peut être ou non d’origine allergique.
  • Rhinorhée : écoulement nasal qui se produit lors des rhinites.
  • Sinusite : inflammation des sinus, qui sont des cavités des os de la face (il y a quatre sinus de chaque côté). La sinusite peut être la conséquence d’un déviation de la cavité nasale, de troubles dentaires mais aussi d’allergies nasales.
  • Trophallergène : allergène contenu dans l’alimentation.

Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2009, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine, sous licence creative commons.

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.