09/21/2018

L’aspirine en prévention de certains cancers

Quoi de plus banal qu’un cachet d’aspirine, pris par tant de gens dans le monde pour soulager les migraines ou faire baisser la fièvre ?

Pourtant une étude récente publiée dans la revue scientifique « The Lancet » et menée par une équipe de chercheurs de l’Université d’Oxford tenterait à prouver que cette simple molécule disponible sans ordonnance dans toute bonne pharmacie pourrait faire chuter les taux de mortalité par cancer.

L’étude a analysé le devenir de quelque 25.000 patients. On remarque ainsi que les sujets ayant pris quotidiennement de l’aspirine, ont un risque de mortalité globale par cancer réduit de 21%, voire de 34% après 5 ans d’aspirine à petite dose quotidienne (75 mg). Les risques varient selon le type de cancer et avec la durée du traitement par aspirine. Ainsi, au-delà de 20 ans sous aspirine, la réduction du risque de décès par cancer est d’environ 10% pour le cancer de la prostate, de 30% pour celui du poumon, de 40% pour le cancer colorectal et de 60% pour celui de l’œsophage.

L’aspirine ou acide acétylsalicylique est une molécule retrouvée naturellement dans certaines plantes, mais est synthétisée chimiquement pour la fabrication de médicaments. Cette molécule est un analgésique couramment utilisé pour traiter des douleurs locales et minimes, elle est également antipyrétique (réduit la fièvre) et possède des propriétés anti-inflammatoires.

Habituellement, les effets de l’aspirine sont plutôt bénéfiques pour un autre type de risque : les maladies cardiovasculaires. En effet, la molécule possède aussi des propriétés d’antiagrégant plaquettaire, c’est-à-dire qu’elle empêche la coagulation du sang. Or la formation de caillots sanguins dans le système circulatoire peut être à l’origine d’infarctus et d’accidents vasculaires cérébraux.

Attention, vous pouvez être tenté de prendre par vous-même une petite dose d’aspirine tous les jours. Rien de plus facile, cette substance est en vente libre dans toutes les pharmacies. Seulement voila, c’est aussi une substance qui peut chez certaines personnes avoir des effets secondaires indésirables. C’est pourquoi, avant de vous lancer, parlez-en àvotre médecin. S’il vous donne le feu vert, vous pourrez suivre ce traitement en toute tranquillité d’esprit. C’est d’ailleurs valable pour tout médicament, quel qu’il soit, disponible ou non sans ordonnance !

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.