04/23/2018

La chronothérapie

Voici une science dont il est de plus en plus question en médecine : la chronothérapie.

De quoi s’agit-il ?

La définition exacte de la chronothérapie pourrait être la suivante : Discipline qui consiste à étudier l’administration de médicaments selon les rythmes biologiques pour améliorer l’efficacité et/ou minimiser les effets indésirables.

Vous avez sans doute déjà constaté qu’un médicament pris à une heure ou à une autre aura un effet plus ou moins important sur votre migraine ou vos maux de ventre. En effet, votre corps est plus ou moins réceptif suivant le moment de la journée. La chronothérapie mise sur ces différences de sensibilité pour traiter plus efficacement certaines maladies en administrant les médicaments au moment où le corps y est le plus réceptif.

Chaque cellule possède sa propre horloge au cœur de l’ADN, qui lui permet de vivre des journées de 24 heures avec alternance de moments de vitalité et de moments de faiblesse. En chronothérapie un médicament pour le cholestérol aura plus d’effet s’il est pris à 21h, un somnifère donnera son meilleur effet à 22h et un médicament pour l’hypertension à 4h du matin !! Le problème pour les patients est donc de s’habituer à ces horaires fixes surtout quand on sait que 30 % des patients souffrant de maladies chroniques oublient leur médicament !!!

Pourtant suivant l’heure à laquelle est administré le médicament ses effets secondaires et toxiques ne seront pas du tout les mêmes. « Selon l’heure où l’on introduit les médicaments dans le corps, le traitement peut être plus ou moins toxique et plus ou moins efficace », explique Francis Lévi, cancérologue à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif, l’un des premiers établissements au monde à tenir compte de l’horloge biologique dans l’application des chimiothérapies.

Car pour l’heure les effets de la chronothérapie sont surtout connus dans le traitement du cancer. Une pompe est placée sous la peau du patient en chimiothérapie, celle-ci est programmée pour respecter le rythme biologique de chaque patient et lui permet surtout d’être autonome.

Le produit médicamenteux est ainsi diffusé sur 4 ou 5 jours au moment et à l’heure exacte où le patient le tolère le mieux évitant ainsi les nausées et les vomissements. Selon les spécialistes de la chronothérapie ce système de soins réduirait jusqu’à 5 fois les effets négatifs de la chimio. Le but pour le professeur Levy est « de tuer le maximum de cellules cancéreuses en épargnant le maximum de cellules saines.

L’hôpital Paul Brousse qui traite à peu près 250 patients par an atteints de cancer avec la chronothérapie est le seul hôpital français à pratiquer cette nouvelle façon de soigner, espérons que bien d’autres suivront !

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *