04/23/2018

Les 11 vaccins obligatoires, le juste du faux.

Il sera facile d’obliger les parents à sauter le pas

Depuis la décision de la ministre de la santé Agnès Buzyn, de rendre obligatoires 11 vaccins pour les enfants de moins de 2 ans, une vive polémique a été déclenchée qui ne semble pas vouloir s’éteindre. Certaines associations dont “Ensemble pour une vaccination libre” (EPVL) ont été crées pour la circonstance. Afin de porter les voix de tous ceux qui sont réticents à cette nouvelle loi.

Pour le non initié il est difficile de faire la part des choses dans ce dossier. Afin de vous aider à y voir plus claire, voyons ensemble les informations essentielles à connaître pour pouvoir se faire sa propre opinion.

Quels sont les vaccins mis en cause.

Jusqu’à 2017 seul 3 vaccins étaient obligatoires, à savoir la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Les autres étaient recommandés mais pas obligatoires. Pourtant, les maladies concernées par ces vaccins existent toujours, mais elles sont plus rares justement grâce à la vaccination. Seul deux des vaccins recommandés recouvraient le taux d’injection voulu à savoir 95% de la population.

Désormais les 8 vaccins qui étaient jusque là facultatifs deviennent obligatoires également. Et il sera facile d’obliger les parents à sauter le pas, en exigeant la présentation du carnet de santé lors des inscriptions à la crèche ou à la maternelle.

Un doute justifié Différents cas de jurisprudence médicale font état de mort subite du nourrisson après l’injection de certains vaccins. En outre, certains adjuvants incorporés au vaccin, comme l’oxyde d’aluminium trouble le bon fonctionnement du métabolisme de l’enfant et peut déboucher sur de graves dysfonctionnements de certains organes du bébé. En outre bien que certaines maladies ont été presque éradiquées grâce aux campagnes de vaccination, de tous temps, le système immunitaire humain a fait sans les vaccins.

Le secteur de la santé est devenu au fil des générations un secteur largement mercantile.

L’opinion publique ne peut s’empêcher de voir en cette loi une manœuvre du lobby pharmaceutique pour trouver de nouvelles débouchées à ses produits. Les maladies que l’on croyait définitivement vaincues reviennent sur le devant de la scène. La rougeole c’est 40 000 cas en France chaque année. Dont 10 décès et 1500 complications graves. Mais la rougeole n’est pas la seule maladie dont nous avons du mal à nous débarrasser.

Un jeune espagnol de 6 ans est mort en 2015 suite à des complications causées par la diphtérie. Il a eu le temps de contaminer ses compagnons de camps qui n’ont pas développé la maladie justement parce qu’ils étaient vaccinés.

Vaccins obligatoire, vaccins recommandés quelle est la différence?

Il n’y a aucune différence sur le plan médical du terme. Tous les vaccins devraient à priori être obligatoires. Certains des vaccins recommandés, préviennent des maladies plus graves que les vaccins obligatoires et plus courantes. Mais vers la fin du 20ème siècle, la philosophie voulait que les gens soient conscients et soucieux de leur santé. Il n’était pas nécessaire de rendre les vaccins obligatoire pour que les gens vaccinent leurs enfants.

Cette loi pourrait donc s’inscrire dans une officialisation de ce qui était d’ores et déjà implicitement admis. Mais la réaction de l’opinion publique dément cette hypothèse. Surtout que lorsqu’il s’agit de leurs santés les Français aimeraient être consultés avant tout décision de ce type. Ce que dit la loi Un parent qui ne vaccine pas ses enfants encourt jusqu’à 6 mois de prison ferme et 3.750 euros d’amende.

Bien que les sanctions ne soient pas prononcées l’arsenal juridique est déjà prêt. Les parents ont la possibilité de demander une dérogation spéciale. L’enfant peut ne pas être vacciné en cas d’aval médical. Mais globalement, vous ne pourrez pas scolariser vos enfants, si ceux-ci n’ont pas fait les 11 vaccins.

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *