07/18/2018

Les vins bio ont le vent en poupe !

Les vins bio ont la cote du côté des consommateurs mais aussi des viticulteurs

Tous y voient dans ce mode de production exigeant une bonne façon de faire la différence face à une concurrence de plus en plus dure.

Les consommateurs sont de plus en plus exigeants. Ils veulent acheter des produits authentiques et éthiques dans la lignée du mouvement impulsé par l’élan du commerce équitable. Les viticulteurs de leurs côtés commencent à réagir en proposant des vins bio à la vente. Simple effet de mode ou réel engagement ?

En fait, la réponse est plus nuancée que cela ! Face à une concurrence de plus en plus pesante des vins du « nouveau monde », les viticulteurs doivent explorer toutes les pistes pour écouler leurs productions. Le vin bio est une de ces pistes. Certes, quelques pionniers convaincus ont une longueur d’avance, mais force est de constater que le marché des vins bio est encore en France très marginal en comparaison de la demande de la clientèle.

Qu’est-ce qu’un vin bio ?

Le vin bio s’inscrit, comme l’agriculture bio dans son ensemble, dans un cahier des charges strict reposant essentiellement sur la mise en place d’une culture respectueuse de l’environnement. Le viticulteur ne peut donc utiliser ni engrais ni pesticide sur ses vignes. Ceci est facilement vérifiable et vérifié d’ailleurs par des échantillons réalisés dans les vignobles.

Le travail de la vigne peut donc tout à fait être labellisé culture AB. Une reconversion de vignoble en bio est effective seulement au bout de trois ans, c’est à dire à la quatrième récolte de raisins. Mais cela fait-il d’un vin un vin bio ? Pas tout à fait ! En effet, le vin bio officiellement n’existe pas. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’aucune règlementation ne vient régir l’assemblage des vins ! En d’autres termes, si le raisin est bio, le vin en tant que produit fini ne l’est pas forcément ! Du coup, c’est la jungle dans les appellations.

Les étiquettes des bouteilles offrent d’ailleurs à cet égard un flou artistique largement entretenu par les derniers venus sur le secteur du bio. Les pionniers par contre réclament une règlementation pour qu’enfin les choses soient claires. L’Europe est actuellement au travail pour que dans le vin comme ailleurs, le consommateur ne soit pas le dindon de la farce.

Le vin bio en chiffres

Les vins bio au sein des vignobles français représentent une surface très restreinte avec environ 1,5% de la superficie convertie au bio. En 2015, on recensait principalement trois grandes régions fortement impliquées : le Languedoc Roussillon (350 producteurs 5425 Ha dont 894 ha en conversion), PACA (269 producteurs 3888 Ha dont 619 en conversion) et l’Aquitaine (218 producteurs 2757 Ha dont 405 en conversion).

Quelque 155 producteurs sont également référencés dans le Rhône, la Savoie et l’Auvergne, 144 producteurs en Pays de la Loire et Centre, 94 en Midi Pyrénées, 87 en Poitou-Charentes, 83 en Alsace… En terme de distribution, le vin bio se décline dans quasiment tous les types de vins (blanc, rouge, rosé, effervescent, VDN) à des prix très abordables pour le consommateur qui peut trouver ces produits aussi bien chez les cavistes, les magasins spécialisés ou les grandes surfaces.

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.