07/21/2018

Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est un trouble neurologique qui touchait surtout les personnes âgées.

Depuis quelques années, les personnes qui en souffre, sont de plus en plus jeune.

Cette maladie provoque une altération progressive, pouvant être irréversible, du tissu cérébral. Dégénérative, elle commence à affecter la mémoire, avant de s’étendre vers toutes les fonctions cognitives.

Définition

La description de la maladie d’Alzheimer est attribuée au neuropathologiste, neurologue et psychiatre allemand Aloïs Alzheimer.
La maladie d’Alzheimer est la première forme de démence détectée chez les seniors. Les études effectuées par les chercheurs démontrent que plus de 100 millions de personnes seront atteintes de la maladie d’Alzheimer d’ici l’année 2050.
Ce trouble apparaît généralement vers la soixantaine.

Il peut arriver aussi qu’elle survienne beaucoup plus tôt. Par ailleurs, plus l’âge d’un individu est avancé, plus le risque de développer la maladie augmente. Elle n’est toutefois pas liée à la vieillesse en elle-même, mais à des causes beaucoup plus complexes. La dégradation se situe au niveau des cellules nerveuses et affecte rapidement la zone qui commande le langage ainsi que celle de la mémoire.

Le patient a de plus en plus de difficulté à se souvenir des faits et des circonstances, puis a du mal à reconnaître des visages familiers. Le sujet n’arrive plus à prendre des décisions et à donner un sens aux mots.

Causes

Les causes exactes de la maladie d’Alzheimer ne sont encore pas très bien définies. Néanmoins, les chercheurs ont pu observer une corrélation entre l’apparition de la maladie et certains facteurs à risque. Outre le vieillissement, les maladies associées ou non à cet état, comme le diabète, l’obésité, l’hypercholestérolémie et l’hypertension, peuvent être à l’origine de ce trouble neuro-dégénératif et contribuer à son évolution.

Certains cas sont liés à une exposition à des produits toxiques ou à la suite d’infections. La cause la plus probable est d’ordre génétique. La plupart des patients ont des antécédents familiaux de maladie d’Alzheimer. Toutefois, les gènes isolés par les chercheurs ne sont pas directement à l’origine de la maladie. Sans être responsables, ils accroissent le risque de développer la maladie. En outre, une personne sur deux ayant des parents atteintes de la maladie sont susceptibles de l’avoir à leur tour.

Symptômes

Les premiers signes de la maladie d’Alzheimer peuvent survenir avant la quarantaine, sans que les médecins ne puissent les déceler. Certains symptômes peuvent en effet être confondus avec les manifestations d’autres maladies associées à la vieillesse. Il peut arriver que la maladie progresse sournoisement pendant des années, avant d’être détectée. Les signes commencent à se manifester 10 ou 15 ans après son apparition.

Le patient est diagnostiqué malade de l’Alzheimer lorsque des lésions sont visibles au niveau du cerveau. Une fois que les signes de ce trouble sont manifestes, l’espérance de vie du sujet atteint est en moyenne 5 à 14 ans. La dégénérescence du tissu cérébral tend à la réduire à mesure que la maladie intervient à un âge avancé de l’individu.
Au début, le patient perd la mémoire à court terme, par épisode sur des informations courantes, comme les numéros de téléphone, les adresses ou le nom de son médecin.

A ce stade, le patient peut utiliser des aides-mémoires pour se rappeler des choses. La perte de mémoire s’accompagne de difficultés à s’orienter et de sautes d’humeur du patient. Il n’est pas rare que le malade perde le fil de ses idées et ne se retrouve pas dans ses conversations. Il a du mal à trouver les mots pour décrire un fait ou qualifier un évènement. La mémoire à long terme est ensuite affectée et le sujet ne se rappelle plus de sa vie passée. En stade palliatif, la maladie provoque des délires paranoïdes chez le patient.

Traitements

La guérison totale de la maladie d’Alzheimer n’est pas encore possible. Des traitements sont proposés pour soulager le malade et pour ralentir la progression de la maladie.

Néanmoins, les chercheurs sont en train de développer des traitements qui pourraient en venir à bout de ce trouble des personnes âgées. Les soins thérapeutiques porteront essentiellement sur le traitement de l’évolution pathologique de la maladie pour amener à une complète guérison du patient. Pour l’heure, les symptômes sont atténués par des médicaments qui rétablissent les fonctions cognitives des personnes atteintes.

Les améliorations sont visibles au bout de 3 à 6 mois de traitement. Toutefois, les soins n’empêchent pas définitivement la maladie d’évoluer. La progression du trouble peut être freiné par l’administration d’inhibiteurs de la cholinestérase. Ces derniers évitent l’altération d’une partie du cerveau en favorisant l’accumulation d’acétylcholine. Autre avenue, c’est d’optimiser le fonctionnement du cerveau en lui procurant plus de phospho-lipides (Omega) selon ce qu’avait découvert Catherine Kousmine dans les années 60, le cerveau a besoin de sucre et de gras essentiels, pour bien fonctionner et s’adapter. D’autre part, l’accumulation de métaux lourds dans l’organisme, serait un autre facteur à risque, évitez de cuisiner dans du papier d’aluminium par exemple!

Infographie sur la maladie d'alzheimer

Website Pin Facebook Twitter Myspace Friendfeed Technorati del.icio.us Digg Google StumbleUpon Premium Responsive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.