Santé

Comment avoir un masque contre le coronavirus

Depuis le début de la pandémie du au coronavirus, les masques de protection étaient réservés aux malades et aux personnels soignants.

De toute façon, du fait de leur rareté, il ne pouvaient en être autrement et les pharmacies n’en avaient plus en stock.

Le masque est indispensable

On sait que tous les virus ont une certaine volatilité, et que donc le port du masque est une barrière, qui même sans être fiable à 100% ( mais qu’est qui est fiable à 100% ??) va avoir un effet protecteur pour les personnes qui nous entourent.

Les différents masques

Il existe principalement trois types de masques. Le masque anti-projections dit chirurgicaux, et les masques filtrants, que l’on nomme FFP2 et FFP3, qui pour être efficaces, doivent être mis en s’assurant d’une étanchéité parfaite sur le visage, autour de la bouche et du nez. La différence entre les masques FFP2 et FFP3 réside entre leur pouvoir filmant qui est plus efficace sur la version 3.

Faire face à la pénurie

La demande est telle, que si l’on prend en compte les besoins de chaque pays, le nombre de masques dont il faudra disposer se comptent en dizaine de millions.

Leurs fabrications, même si certaines usines ont été rouvertes, ne couvriront pas tous les besoins. Il y a déjà une pénurie d’approvisionnement.

Se protéger soit même

Si l’on ne possède pas de masque, on ne peut pas rester sans protection. Le Covid-19 est trop dévastateur pour rester inactif face à cette pénurie. Il faut prendre les choses en main et les fabriquer soit même. Ils n’auront pas l’entière protection des masques que l’on trouve en pharmacie, mais auront déjà l’avantage de créer cette barrière de protection.

Le patron pour confectionner un masque en tissu

L’hôpital Grenoble Alpes, a mis a disposition le patron d’u masque à faire soit même. Si vous êtes un peu couturière dans l’âme, il sera facile pour vous de le réaliser.

L’avantage du tissu est que cela est lavable. Donc une fois que vous vous en êtes servie, vous le mettez en machine à laver pendant 30 minutes à 60 degrés minimum.

Fabriquer son propre masque

Il ne s’agit pas là de concurrencer les fabricants de masques, mais de pallier au manque de ceux-ci pour se faire une première protection.

  1. Munisez vous d’une serviette en papier, de 2 élastiques et d’une agrafeuse.
  2. Plier le papier en forme d’éventail. Cela permettra un dépliement créant des vides pour ne pas coller à la bouche.
  3. Vous poserez les élastiques à chaque extrémité en les recouvrant par une pliure des bords.
  4. Agrafez des 2 côtés.
  5. Votre masque est rapidement prêt.

Mode d’utilisation du masque

Lavez-vous les mains avant la réalisation de vos masques. Mais aussi, lavez-les avant de le poser sur votre visage. Lorsque vous changez de masque de protection, qu’il soit en papier ou tissus vous devez encore répéter cette opération.

Il est à jeter dès qu’il est humidifié par une toux ou un éternuement. Enlevez-le par l’arrière en saisissant les élastiques.
Le jeter tel quel dans une poubelle.

Le lavage des mains

Le savon est un bon désinfectant pour les mains, mais il n’est pas efficace à 100%. Vous pouvez utiliser de l’eau de javel diluée, ou encore une solution Hydro alcoolique.

Pourquoi un masque ?

Même si vous n’avez pas les symptômes du Covid-19, portez si vous le pouvez un masque. Vous pouvez transmettre des bactéries en parlant, et ainsi affaiblir une personne en lui transmettant une maladie infectieuse. Si cette personne fragilisée vient ensuite attraper le coronavirus, son corps serait en difficulté pour combattre ce virus puisque affaibli.

Dans le cas où vous seriez infecté par le coronavirus, et même si vous ne développez pas les symptômes de toux et de fièvre avec des difficultés respiratoires, portez un masque.

Cela permettra que vos postillons ou gouttelettes se diffusent autour de vous.

La solution hydro-alcoolique 

Pour une réelle protection, doublez le port du masque avec un lavage des mains récurrent.

Tout d’abord sachez qu’il existe 3 types de lavages de mains :

  1. En les nettoyants simplement à l’eau et au savon qui élimine 90% des bactéries,
  2. le lavage des mains avec un savon antiseptique,
  3. Par friction avec une solution hydro-alcoolique (S.H.A) qui elle élimine jusqu’à 99.99 % de la flore contaminante.

L’hygiène des mains

Hors de chez soit, il n’est pas toujours possible d’avoir de l’eau (non contaminée) sous la main et le recours aux solutions hydro-alcooliques est alors obligatoire.

D’une efficacité redoutable non seulement sur la flore inhabituelle mais également sur la flore commensale (habituelle), ces gels hydroalcooliques rendent de grands services dans l’hygiène des mains.

La plupart sont non seulement bactéricides mais aussi virucides et/ou levuricides.

Inactiver le virus

Les solutions hydroalcooliques sont particulièrement efficaces pour inactiver le virus sur les mains ou sur les surfaces et objets (il existe des lingettes imprégnées pour assainir les objets). Le virus ne résiste pas à l’alcool.

L’alcool est le composant majeur des solutions hydro alcooliques, il est actif sur le virus à partir d’une concentration de 70% (on le trouve sous forme d’éthanol, de propanolol). Son spectre d’action est maximal pour des concentrations de 60 à 90%. Sa rapidité d’action est remarquable et le séchage est rapide.

La plupart du temps un autre principe actif antiseptique non alcoolique y est associé ce qui permet de prolonger la durée d’action et d’élargir le spectre.

Abîmer les mains

Les solutions hydroalcooliques peuvent entraîner un dessèchement et une irritation de la peau, les laboratoires s’efforcent d’ajouter des composants adoucissants pour pallier à cet effet indésirable (aloe vera, glycérine, panthénol…)
Un bon produit doit au moins répondre aux normes de bactéricidie NF EN 1040 et de levuricidie (NF EN 1275).

Partager c'est aimer !

You Might Also Like...

No Comments

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.