Microbes et bactéries dans une main de médecin.
Santé

Les microbes sont ils tous dangereux ?

Nous vivons une époque où l’hygiène devient une obsession et où l’on fini par oublier qu’ils ne sont pas tous dangereux et peuvent même être bénéfiques pour notre organisme.

Si la chasse aux microbes a permis d’échapper à certaines épidémies ou d’enrayer la propagation des virus, elle a aussi permis l’apparition d’autres maladies comme l’asthme ou les maladies auto-immunes.

Certains médecins tirent la sonnette d’alarme car trop d’hygiène tue l’hygiène, tout simplement.

Non, les microbes ne sont pas tous dangereux

Parlons tout d’abord de la maison

A force de tout désinfecter et d’évincer les animaux de nos foyers, les allergies sont en constante augmentation. Un abus d’hygiène ne permet plus aux enfants, trop protégés, d’être en contact avec des microbes qui aideraient leur organisme à devenir mature.

Quelques règles simples permettent de vivre sainement comme le fait d’aérer, de dépoussiérer pour éviter la multiplication des acariens.

Mais il faut arrêter d’empêcher les enfants de jouer avec les animaux ou de les désinfecter, ainsi que leurs jouets, dès qu’ils ont fait un tour au jardin !

En ce qui concerne l’alimentation

Il faut rappeler qu’aucune plante ne pousse sans l’aide de microbactéries du sol. Et nous disposons d’une flore bactérienne adaptée qui nous donne notre immunité.

Alors un simple lavage des fruits et légumes pour enlever le maximum de pesticides contenus dans la peau suffit bien souvent !

Les méthodes de conservation des aliments stérilisés ou en conserves ont prouvé leur efficacité (stérilisation, irradiation, ultra-haute température).

Et il est utile de rappeler que le lait pasteurisé, par exemple, est débarrassé de ses bactéries permettant à la listériose (une maladie bactérienne) de se développer.

Pourtant n’oublions pas que des études ont montré que les fromages au lait cru développaient sur leur croûte des bactéries bénéfiques, qui empêchent d’autres bactéries, les Listeria monocytogenes, de s’installer et de proliférer.

Lavage des mains au savon.

Les microbes et notre corps

Quant à la toilette là aussi il y aurait sans doute beaucoup à dire sur notre excès d’hygiène !

Savez-vous que le nombre de micro-organismes présents sur la peau peut atteindre près d’un million par cm2. Ce sont des bactéries, des virus, des champignons et des acariens.

Près de 25% d’entre eux sont présents dans les follicules pileux et les glandes sudoripares. Trop se décaper le visage par gommage ou avec des brosses, peut rompre cet équilibre et provoquer des poussées d’eczéma !

L’utilisation de brosse pour nettoyer le visage ne doit pas dépasser une fréquence de deux fois par semaine, quand aux gommages, un seul par mois suffit largement.

La toilette intime

Elle ne doit pas non plus se transformer en décapage car est constituée de bacilles de Dördelein qui transforment le sucre contenu dans les cellules du vagin en acide lactique, responsable de l’acidité naturelle du milieu.

Un décapage sous forme d’irrigations vaginales par exemple, détruit cet équilibre naturel. Une toilette à la main (pas au gant) avec un savon ou un produit pour l’hygiène intime et de l’eau suffit à une bonne hygiène.

Les microbes et la digestion

La bouche, quant à elle, est tapissée de microbes saprophytes dont l’équilibre permet de faire le lien entre la nourriture ingurgitée et la digestion. Là non plus pas question de trop décaper avec des solutions antibactériennes qui provoquent des desquamations des muqueuses et au contraire à un épaississement favorisant le développement des champignons.

Dans le sujet de l’hygiène comme dans tout autre domaine la modération est de mise et le bon sens doit être appliqué ! Pas d’excès !


Photographie Microbes  © Billion Digital   –   Photographie  © Ruttapum

Partager c'est aimer !

You Might Also Like...

No Comments

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.